Mesures d'empoussièrement amiante : une analyse de l’air qui cible les fibres d’amiante

Mesures d'empoussièrement amiante : une analyse de l’air qui cible les fibres d’amiante

Qu’est-ce que c’est et quand faut-il les déclencher ?

Les mesures d’empoussièrement amiante permettent de contrôler la concentration en fibres d’amiante dans l’air à de nombreuses occasions.

En effet, les mesures d’empoussièrement amiante sont réalisées après un état d’amiante, lors d’un contrôle périodique de matériaux et produits amiantés, avant des travaux (amiante au point zéro), en cours de travaux (statique/sur opérateur) mais aussi après les constats visuels amiante consécutifs à des travaux de désamiantage, à l’étape libératoire et à l’étape de seconde restitution.

Quel est le rôle des mesures d’empoussièrement ?

Quel que soit le moment où elles sont mises en œuvre, les mesures d’empoussièrement amiante vont permettre de savoir, au travers d’une stratégie de prélèvement ou d’échantillonnage préalablement définie, de préleveurs d’air munis de filtres et d’une analyse en laboratoire accrédité par le COFRAC, si la concentration en fibres d’amiante présente dans l’air respecte les seuils réglementaires.

Ces seuils de référence sont la VLEP (valeur limite d’exposition professionnelle), soit 10 fibres par litre d’air inhalé sur huit heures de travail, ou la valeur limite de 5 fibres par litre d’air dans l’air ambiant.

Si les résultats des mesures d’empoussièrement amiante dépassent, selon l’objectif de la mission, l’un ou l’autre de ces seuils, des mesures doivent être prises pour diminuer au plus vite tout risque d’exposition.